Saponaire officinale

Saponaria officinalis

Aussi appelée herbe à savon, savon du fossé, savonnière, herbe à la laine ou herbe à foulon.

La petite histoire…

La saponaire officinale est originaire d’Europe et naturalisée sur les cinq continents, où elle pousse dans des climats relativement froids. Elle apprécie les haies, taillis et bords de chemins, où elle peut vite devenir envahissante, et fleurit de mai à septembre. Les rhizomes contiennent des saponines (jusqu’à 20%), des molécules faisant mousser l’eau et permettant de l’utiliser comme savon. C’est de là que vient le nom de saponaire, tiré du latin sapo, savon, et les Romains la tenaient pour un symbole de purification. Cette méthode est encore utilisée aujourd’hui, notamment pour nettoyer de fragiles tapisseries anciennes. Au Moyen-Orient, l’infusion de saponaire est utilisée dans les desserts nécessitants une gélification, par exemple le halva turque.

Utilisation

Peau délicate

La saponaire peut être utilisée en remplacement du savon en cas de problèmes cutanés, depuis l’acné jusqu’au maladies de peau, en passant par les brûlures. Elle lave et désinfecte, tout en étant moins agressive que les savons classiques, et peut être utilisée pour le visage, le corps ou comme lessive. Ajoutée à l’eau du bain, elle apaise les démangeaisons.

Préparation

Faire bouillir 100g de rhizomes dans un demi-litre d’eau pendant 10 minutes. Utiliser rapidement après fabrication.

Précautions

Ingérée à haute dose, la saponaire peut provoquer des nausées, diarrhées et vomissements. En cas de doutes ou de symptômes persistants, consultez un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *