Romarin

Salvia rosmarinus

Aussi appelé herbe aux couronnes, herbe aux troubadours, encensier, arbre de Marie ou rose des marins.

La petite histoire…

Le romarin est originaire du bassin méditerranéen. Il pousse sur des terrains arides et ensoleillés, comme les garrigues, les maquis et les rocailles, sur terrains calcaires. Son nom viendrait du latin ros marinus, rosée de mer, parce que l’humidité du littoral suffi à sa consommation en eau. Traditionnellement, il symbolise le souvenir, en particulier amoureux : dans la fameuse tirade d’Ophelia de Shakespeare, celle-ci déclare à Hamlet, son bien-aimé : « Voilà du romarin, c’est pour le souvenir. Je vous en prie, mon amour, souvenez-vous. »

Utilisation

Digestion

Le romarin augmente la sécrétion de sucs gastriques, pancréatiques et biliaires. Il a un léger effet dépuratif en stimulant le foie, ce qui accélère l’évacuation des toxines. Il aide à corriger les désordres du métabolisme après des excès en sucres, alcool ou graisses et apaise les migraines d’origine hépatobiliaire. Il protège le foie contre le stress oxydatif et certaines substances agressives. Boire une infusion avant le repas, ou en cure pendant les périodes d’excès, par exemple durant les fêtes.

Antioxydant (protection des cellules et stimulant intellectuel)

Les propriétés antioxydantes du romarin protègent les cellules contre le vieillissement prématuré interne (maladies dégénératives) et externe (rides). Elles ont aussi un effet de stimulation sur l’activité cérébrale et améliorent la mémoire. Le romarin permet aussi de prévenir l’insomnie et le surmenage intellectuel pendant les périodes de décisions importantes. Il peut être pris journalièrement en infusion faiblement dosé ou utilisé comme assaisonnement.

Préparation

Infusion de sommités fleuries ou de feuilles (préférablement de jeune pousse) : 1 cuillère à soupe de plante fraîche ou récemment séchée par tasse.

Précautions

Contrindiqué pour les personnes souffrant de calculs biliaires ou d’une maladie du foie, et les femmes enceintes ou allaitantes (sauf comme assaisonnement, en quantité modérée). En cas de doutes ou de symptômes persistants, consultez un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *