Pâquerette

Bellis perennis

© Willow

Aussi appelée petite marguerite, œil du jour, petite consyre ou fleur de Pâques.

La petite histoire…

La pâquerette est une plante rustique, indigène en Eurasie et largement naturalisée dans la plupart des régions tempérées, y compris le continent Américain et l’Australie. Elle pousse en touffes denses, dans les prairies, les bords de chemin, les pelouses urbaines, et fleurit toute l’année. L’origine de son nom scientifique fait débat : certains y voient un dérivé du latin bellus, joli – donc la jolie pérenne -, tandis que d’autres le voient dériver de bellum, la guerre, à cause de ses qualités cicatrisantes et du fait qu’elle poussait sur les champs de bataille.

Utilisation

Valeur nutritive

Les fleurs et les feuilles de pâquerette sont comestibles et riches en potassium, calcium, phosphore, magnésium, fer, vitamine A et protéines. Elle aide aussi à fixer le calcium dans l’organisme. Elle peut être mangée en salades, en sauce, en soupe ou encore dans des farces.

Anti-inflammatoire et antibactérienne

Elle peut être utilisée en soin pour la peau, pour atténuer les inflammations chroniques (acnée, couperose, etc.), en macérât huileux ou en crème, et par exemple combinée avec d’autres plantes classiques pour les soins de peau, comme le plantain ou le souci. Elle a un effet anti-inflammatoire pour les entorses. Elle apaise les muqueuses enflammées en cas d’irritations buccales (mâcher des feuilles ou prendre l’infusion en bain de bouche) ou du tube digestif (en infusion).

Elle permet aussi de désinfecter des plaies et d’accélérer la guérison, en application externe sous forme d’infusion ou de teinture diluée.

Préparation

Infusion : une cuillère de fleurs fraîches ou sèches par tasse, laissez infuser 10 minutes. Environ 3 tasses par jour ; pour les inflammations des muqueuses, par exemple en association avec souci, matricaire, réglisse, plantain, etc.

Précautions

Contrindiquée en cas d’allergie à la famille des astéracées. En cas de doutes ou de symptômes persistants, consultez un médecin.

© Stanzilla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *