Millepertuis officinal

Hypericum perforatum

© Follavoine

Aussi appelé millepertuis commun, millepertuis perforé, chasse-diable, herbe aux fées, herbe de Saint-Eloi, barbe de Saint-Jean, herbe aux mille vertus, herbe percée, herbe du tonnerre, herbe à la brûlure ou encore trascalan.

La petite histoire…

Le millepertuis est originaire des régions tempérées d’Europe et d’Asie, et s’est répandu dans zones de même climat dans le monde entier. Il pousse sur des sols calcaires, dans des endroits secs et ensoleillés, en bord de chemin, lisière de forêt, dans des prairies et sur des talus secs et clairsemés. Au Moyen-Age, il était réputé comme « chasse-diable », utilisé pour faire fuir les mauvais esprits. Millepertuis signifie « mille trous » en ancien français, une référence à ses feuilles qui semblent percées de nombreuses petites ouvertures – en réalité des glandes translucides qui contiennent une huile essentielle.

Utilisation

Déprime et dépression légère

Le millepertuis est utilisé dans les périodes de morosité et de mélancolie, d’anxiété et de manque de motivation. Il apaise les nerfs par exemple lors des dépressions saisonnières, après un choc émotionnel, et apaise l’anxiété. Il aide au sommeil en cas d’insomnies due au stress et équilibre l’esprit en proie aux changements brusques d’humeur, hyperactif ou hypersensible. Boire en infusion tous les jours, pendant 2 à 4 semaines.

Contusions, plaies et brûlures

Le millepertuis a un quadruple effet sur les blessures : antiseptique, analgésique, anti-inflammatoire et cicatrisant. Il est utile pour les plaies peu étendues (coupures, écorchures, etc.), les brûlures au premier degré (notamment coup de soleil), et après un traumatisme : il réduit les bleus et ecchymoses ainsi que les œdèmes et apaise la douleur des contorsions musculaires – ainsi que celle des crampes. Appliquer l’huile en massage.

Préparation

Infusion de fleurs fraîches ou récemment séchées : 15 à 20g par litre d’eau, 3 à 4 tasses par jour, de préférence au moment des repas.

Précautions

Contrindiqué pour les personnes prenant un traitement contraceptif oral ou certains traitements contre le cancer, le VIH ou psychiatrique ; ou souffrant de certains problèmes cardiaques. L’avis d’un professionnel est nécessaire pour les personnes prenant des médicaments en raison de nombreuses interactions possibles. En cas de doutes ou de symptômes persistants, consultez un médecin.

© Franz Xaver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *