Goutte d’inspiration #21

Goutte d’inspiration #21

Covid-19 et canicule (2/3)

Les gouttes d’inspiration : Au fil des saisons, au fil des balades, cette « brève » est l’occasion de partager avec vous une réflexion inspirée par la nature et l’énergie du vivant.

Dans notre dernière goutte (à relire ici), nous avions évoqué la canicule de 2019 et ce qu’elle nous apprend pour l’épidémie de coronavirus. Comment nous réinventer notre quotidien en confinement ? Comment vivre en harmonie avec les autres ?

Le confinement est avant tout une période de contrainte.

Contrôle de l’Etat et privation de liberté. Contrôle social, familial ou professionnel. Contraintes de temps, d’environnement – et même de pensée, lorsque l’épidémie envahit l’actualité, nos discussions et nos écrans.

Alors comment ne pas le vivre comme un emprisonnement ? Au contraire, libérer notre imagination ?

Si les êtres vivants font preuve d’agilité lors de la canicule, leur adaptation reste dictée par la nécessité de survie. L’évolution est aveugle. Notre pensée créative, au contraire, nous permet de nous évader de nos liens. Les conditions inhabituelles nous permettent de sortir de l’attendu et de l’ordinaire.

Réorienter nos talents 

Dans les journaux et sur nos écrans, les articles, podcasts, émissions qui nous incitent à faire de notre confinement quelque chose « d’utile » se bousculent. Mais lorsque nos activités habituelles sont suspendues, c’est avant tout le vide qui prend leur place.

Faire le deuil de nos habitudes et de la sécurité que celles-ci nous apportent. Inventer une nouvelle manière de baliser nos journées.

Sortir du déni, tout d’abord, qui nous paralyse, nous empêche d’activer notre imagination. De l’incrédulité où l’on ne fait rien, non pas par envie de prendre du temps pour soi, mais par sidération. Ni projets, ni contact social, parce qu’à quoi bon, nous sommes en confinement ?

De la colère, ensuite. Il faut trouver un coupable : la Chine – non, nos dirigeants, à moins que ce ne soient nos concitoyens ? Déception, aussi. Que faire du progrès, du développement, de la science, si une force même pas visible à l’œil nu est capable de mettre notre pays à l’arrêt ? Nous nous trouvons dans un étau invisible où notre normalité nous est arrachée. Proposer des solutions ne nous intéresse pas. Nous savons que nous ne pouvons qu’attendre passivement. Alors autant se replier sur soi.

Et c’est là qu’intervient la tristesse. L’interruption de notre quotidien et l’isolement nous plongent dans le repli et l’apathie. Personne n’aime être seul. Exclu. A distance, socialement. Ce mètre de séparation avec les autres nous fait souffrir, même si rationnellement nous savons qu’il est provisoire. Résignation.

Dans cet espace vide inattendu, nous sommes avant tout en perte de repères. Alors à nous d’en créer de nouveaux.

Maintenir le lien social, sous de nouvelles formes. Saluer son voisin, à distance. Faire les courses pour cette personne âgée.

Nous avons une responsabilité à garder du lien, y compris avec les plus fragiles. A ne laisser ni l’épidémie, ni les mesures prises pour l’enrayer nous imposer leur rythme et leurs contraintes.

Accueillir l’éphémère, les joies fugaces et les moments fugitifs. S’ouvrir à l’incertitude.

Plonger dans notre imagination et nos talents pour reconfigurer notre vie et le réseau qui nous relie à nos proches et à la société.

Nous avons la possibilité de sortir du cadre pour trouver de nouvelles destinations et de nouveaux buts vers lesquels diriger nos talents.

Utiliser nos énergies pour penser le futur et aider les plus fragiles à passer le cap.

L’imaginaire peut devenir roi. Nous explorons de nouvelles possibilités, expérimentons – parfois avec succès, parfois pour solliciter encore notre créativité jusqu’à trouver une solution.

Vision

Et quel futur, justement, voulons-nous imaginer ? Quel « nous » créer ?

La tentation est grande de considérer le confinement comme une parenthèse, et d’attendre que la tempête passe pour reprendre nos vies. Contrairement à la canicule, la crise actuelle n’a rien d’habituel, et c’est en partie ce qui la rend si compliquée à vivre : nous n’avons pas de mécanismes de défense en place.

En revanche, elle est vouée à se répéter de manière de plus en plus fréquente. Covid-19, Ebola, H1N1, SARS. Des épidémies de différentes ampleurs et gravités. Leur point commun, outre le fait de s’être produites dans les deux dernières décennies, est d’être liés au moins en partie à la destruction de la biodiversité ou à l’agriculture industrielle.

Des virus inoffensifs pour certains animaux sautent la barrière des espèces et deviennent pathogènes chez l’homme. Ebola, par exemple, apparait de manière plus fréquente dans les zones d’Afrique centrale et de l’Ouest qui ont récemment subi des déforestations et où les chauves-souris porteuses du virus se rapprochent des zones habitées. H1N1 est un virus réassorti, c’est-à-dire créé par le mélange du matériel génétique de trois virus grippaux – humain, aviaire et porcin – et apparu dans des élevages intensifs de porc.

Alors que nous sommes prompts à chercher un coupable dans la nature pour l’épidémie actuelle – chauve-souris ou pangolin -, l’humanité devient un péril pour elle-même. Non pas en appuyant sur le bouton rouge d’une bombe nucléaire, mais d’une façon plus pervasive, en faisant des virus des « réfugiés de la destruction environnementale », tel que l’a formulé un article du Monde Diplomatique. Il ne s’agit ni de catastrophisme, ni d’annonces improvisées, mais de prédictions s’appuyant sur de solides éléments scientifiques.

L’épidémie nous oblige à nous penser comme les cellules d’un corps social. A considérer l’impact de nos actions, individuellement ou en tant que membre d’une entreprise, sur la collectivité. De la même manière que chacun a une responsabilité à limiter la contagion en se confinant ou respectant les gestes barrières, la réflexion sur la société que nous voulons pour l’avenir est indispensable.

Le Covid-19 nous projette dans cette réalité où chaque individu est au cœur d’un réseau de relations ceux qui l’entourent ; et où chaque ensemble d’individus – une famille, un secteur professionnel, le public et le privé – est partie prenante de l’environnement dans lequel nous vivons. Chaque section, ou plutôt constellation, a un impact différent sur la société. Les entreprises, en particulier, suscitent des attentes non seulement pendant la crise, mais aussi après, et ce d’autant plus que l’épidémie révèle à quel point elles sont dépendantes du corps social.

Nous pouvons réfléchir à de nouveaux modes de cohabitation avec notre environnement, comme nous le faisions dans une goutte précédente (ici).

Quelle organisation et coopération voulons-nous pour notre futur ? Quelles idées et forces positives pouvons-nous mettre en mouvement ?

Le confinement a le potentiel de se transformer en laboratoire d’idées et d’invention. Il nous donne la possibilité de réfléchir et d’expérimenter de nouveaux réseaux d’entraide et des formes d’organisations collectives à venir.

Ne pas faire table rase, mais ne pas pour autant fermer les yeux sur ce que cette crise nous apprend et sur ses conséquences. Et surtout, sur l’imagination qu’elle nous permet d’avoir.

Et vous, comment libérez-vous votre créativité ?

Marie-France Fourrier

Si vous voulez apporter votre aide :

  • Réserve civique (voir ici): plateforme de solidarité face au Covid-19 mise en place par le gouvernement pour aider les plus fragiles ou ceux qui sont mobilisés
  • Des bras pour ton assiette (voir ici): plateforme mise en place par le gouvernement et la FNSEA ; pour être mis en relation avec des agriculteurs en manque de main-d’œuvre
  • De nombreux collèges et lycées proposent des tutorat par Skype pour des élèves en difficulté 

L’initiative One Health est une des organisations visant à mieux prévenir et affronter les maladies à risque pandémique par une approche prenant en compte l’environnement : visiter son site ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *