Lierre grimpant

Hedera helix

Aussi appelé lierre commun, lierre rampant, drienne, lierre des poètes, lierret, rondelette, rondote ou herbe de Bacchus. A ne pas confondre avec le lierre terrestre.

La petite histoire…

Le lierre grimpant est probablement d’origine tropical, ce qui explique en partie que sa croissance soit stimulée par des étés chauds et humides. Il vit habituellement une centaine d’années et grandit de 50 cm à 1 m par an ; il peut facilement atteindre 100 m de long et 30 m de haut si le support s’y prête. Il s’accroche à des arbres, des murs ou au sol grâce à ses racines adventives qui émettent de nombreux poils ventouses. Ceux-ci n’ont aucune fonction absorbante : le lierre n’est donc pas une plante parasite, contrairement au gui par exemple. Dans l’Antiquité, les Grecs préparaient un mélange de vin et de feuilles de lierre macérées, qu’ils pensaient protéger des empoisonnements.

Utilisation

Voies respiratoires

Le lierre grimpant est un expectorant et un antispasmodique utilisé pour soigner la toux grasse. Il dégage les voies respiratoires et apaise les inflammations des bronches, par exemple lors d’un rhume, d’une bronchite ou d’une coqueluche.

Préparation

Infusion : 3g de feuilles par tasse ; laisser bouillir 10 minutes. Boire jusqu’à 3 tasses par jour.

Précautions

Les baies noires sont toxiques pour l’homme. Toute la plante peut déclencher des allergies cutanées ou de l’asthme. Contrindiqué pour les femmes enceintes et en cas de brûlures d’estomac ou d’ulcères. En cas de doutes ou de symptômes persistants, consultez un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *