Goutte d’inspiration #14

Goutte d’inspiration #14

L’écureuil, les noisettes et le flow

Les gouttes d’inspiration : Au fil des saisons, au fil des balades, cette « brève » est l’occasion de partager avec vous une réflexion inspirée par la nature et l’énergie du vivant.

Par moments, je fonctionne comme un écureuil avec ses noisettes: je dépose des noisettes (projets) dans plein d’endroits, et j’oublie où … mais il y en a partout et je trouve toujours quelque chose à faire. Pas forcément optimal sur l’utilisation de mon énergie, mais écologique au global car je contribue à diffuser des idées (comme les écureuils permettent aux noisetiers de se multiplier), tout comme les idées des autres me nourrissent.

Un peu comme les caches de noisettes dans lesquelles les graines sont prises / déposées / remplacées par différentes espèces.

Quand je suis dans mon énergie d’écureuil, j’ai beau prévoir et planifier, je ne fais que rarement exactement ce que j’ai prévu de faire, au moment exact où j’ai prévu de le faire. Ce qui me guide est plutôt la recherche du flow: faire les choses au moment où mon énergie et mon envie sont optimales.

Dans ces moments, j’atteins un état de concentration maximale et de plein engagement dans ma tâche. Je suis entièrement focalisée sur le moment présent et je laisse de côté les frustrations et les préoccupations. La clarté de mes buts me permet de garder la réussite en vue et me donne un sentiment de maîtrise et d’accomplissement.

Liberté et légèreté, comme l’écureuil quand il court et saute d’arbre en arbre.

Joie spontanée et harmonie, comme l’écureuil trouve son équilibre dans le mouvement en utilisant son panache comme régulateur.

D’expérience, faire les choses au moment où notre envie est optimale n’est pas toujours évident: cela nous demande de reprendre la main sur notre cadre de travail et d’être vigilants à négocier et maintenir en permanence des marges d’autonomie. Avec le coût associé et assumé.

Et pour les choses les moins fun, comment trouver les conditions qui les rendent les plus plaisantes possibles ? Les stratégies sont variées :

  • Certains choisissent un lieu cosy et chaleureux
  • Les sensoriels se mettent dans un rayon de soleil ou se préparent un très bon thé/ café
  • D’autres mettent une musique qu’ils aiment ou qui leur permet de se concentrer en douceur
  • D’autres encore rangent leur espace d’abord pour avoir les idées claires

Et pour imaginer et trouver des idées ?

  • Pour certains, c’est le dialogue qui est au cœur de leur créativité.
  • D’autres préfèrent des lieux très stimulants sensoriellement, par exemple des places publiques ou des lieux ludiques.
  • Une de mes amies très créative privilégie les environnements qui nourrissent son sens esthétique (musée, galerie d’art …)
  • Pour d’autres, c’est le fait de mettre toutes leurs idées sur un mur et de les réagencer, d’utiliser leurs mains 
  • Ou alors de marcher, de se sentir en mouvement (transports en commun longs, train notamment)
  • De participer à un colloque ou une formation
  • Pour ma part, je suis énergisée par les lieux où je peux faire plein d’associations en regardant un petit monde évoluer, comme les butineurs et auxiliaires dans mon jardin de mars à novembre, et ceux où je vois la nature en mouvement (la Seine qui coule, le ressac dans les rochers au bord de la mer, les nuages qui passent dans le ciel…).

Et vous qu’est-ce qui vous met dans le flow et qu’est-ce qui vous énergise ?

Marie-France Fourrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *